Nouveaux produits

Nouveau Antispéciste. Réconcilier l'humain, l'animal, la nature (poche) Agrandir l'image

Antispéciste. Réconcilier l'humain, l'animal, la nature (poche)

Après No steak, Aymeric Caron se penche à nouveau sur la question animale, avec une réflexion plus poussée. Avec Antispéciste, il développe une réflexion de fond sur la place que nous devons accorder aux animaux dans notre société, le tout étayé par de solides arguments éthiques et scientifiques. On y découvre également une pensée plus personnelle sur l’éthique animale et la stratégie militante.

Plus de détails

12 articles disponibles

8,20 € TTC

En savoir plus

Un jour, les animaux auront tous des droits. L'animalisme figure le prochain projet idéologique révolutionnaire, qui réconcilie les hommes avec eux-mêmes et avec leur avenir.

Certains en possèdent déjà : les animaux de compagnie, les espèces protégées et les animaux d'élevage. Mais les droits que nous leur avons consentis sont minimaux et incohérents. Nous traitons différemment les chiens, que nous considérons comme des membres de la famille, des cochons, réduits au rang d'objets produits en masse et abattus dans d'indignes conditions. Pourtant cochons et chiens possèdent une sensibilité et une intelligence similaires. Comment en sommes-nous venus à les classer dans des catégories si différentes ? C'est que nous sommes spécistes.
Le terme, peu connu en France, fera bientôt partie de notre vocabulaire. À l'instar du racisme et du sexisme, dont il poursuit la logique. Le spécisme consiste à traiter différemment, et sans la moindre raison valable, deux espèces qui présentent les mêmes caractéristiques. Tout comme nous avons longtemps dénié aux femmes les mêmes droits que les hommes. L'affirmation de l'antispécisme sera celle de l'animalisme, un mouvement philosophique qui promeut la nécessité d'accorder des droits à tous les animaux, en raison de leur capacité à souffrir. Loin d'être anecdotique, l'animalisme incarne le mouvement idéologique le plus révolutionnaire ; pour la première fois depuis deux mille ans, il entend sortir nos systèmes de pensée occidentaux de leur logique anthropocentriste et reconnaître que nous, qui sommes des animaux, avons des obligations morales à l'égard de nos cousins.
Surtout, l'animalisme s'inscrit dans une logique d'écologie politique éloignée de celle incarnée par les élections. Non plus une écologie superficielle, qui se soucie seulement de préserver les écosystèmes, les ressources et quelques espèces en péril, mais une écologie profonde, qui repense complètement la place de l'homme dans le monde. Pour que ce dernier ne vive plus en parasite mais en symbiose avec toutes les formes du vivant. Cela oblige à une refonte de nos institutions et à briser la vision à court terme du temps politique. Cela nous oblige aussi à une réforme intellectuelle qui remette en question la notion de « profit ». Le capitalisme, le socialisme, le communisme, le néolibéralisme sont aujourd'hui discrédités, si ce n'est dépassés.

Journaliste, Aymeric Caron a travaillé pour la radio et la télévision (TF1, France 2, Canal +, l'agence CAPA, Europe 1...). Fervent défenseur des droits des animaux, il milite notamment pour des menus végétariens dans les cantines scolaires et publie No Steack (2013), enquête-manifeste qui interroge notre rapport à la viande, et aux animaux.

Fiche technique

Format 11,1 x 2,1 x 17,9 cm
Auteur Aymeric Caron
Éditeur Points
Date de publication 14 septembre 2017
Nombre de pages 480

21 autres produits dans la même catégorie :